La flemme

La flemme

(P : Pascal MATHIEU / M : Romain DIDIER)

Allongé sur le lit aussi vif qu’une plante
Une musique en mineur me maintient réveillé
La voisine massacre depuis treize heur’s trente
L’une des plus jolies valses de Romain Didier
Mais malgré le supplice de la répétition
J’arrive à m’assoupir au son du métronome
A l’instar du poète qui a toujours raison
Je déclare que la flemme est l’avenir de l’homme

Par quelle aberration faudrait-il que je bouge
Je sais qu’un crustacé m’attend dans le frigo
Trois minutes de cuisson et il deviendra rouge
Je le dégusterai  au frais dans le patio
Même s’il faut sacrifier à l’alimentation
Rien ne sert de souffrir pour être gastronome
A l’instar du poète qui a toujours raison
Je déclare que la flemme est l’avenir de l’homme

Par une telle chaleur, c’est une vraie battante
Cette mouche qui bourdonne autour du plafonnier
J’aimerais toutefois que toute affaire cessante
Elle fasse comme moi et aille se coucher
Et qu’une fois allongée, elle compte les moutons
Chaque mouton compté est un’ bête de somme
A l’instar du poète qui a toujours raison
Je déclare que la flemme est l’avenir de l’homme


Il paraît que c’est rien que je sais le mieux faire
J’aurais même du talent pour l’immobilité
Alors dans la pénombre au fond de mon repère
Je reste intensément dans l’inactivité
Si mon pouls se maintient à trente deux pulsations
Je laiss’rai mon esprit filer vers les Dom-Tom
A l’instar du poète qui a toujours raison
Je déclare que la flemme est l’avenir de l’homme


Allongé sur le lit aussi vif qu’une plante
Une musique en mineur me maintient réveillé
La voisine massacre depuis treize heur’s trente
L’une des plus jolies valses de Romain Didier
Une valse qu’il a écrite un matin en cal’çon
En cinq minutes chrono sans même un coup de gomme
A l’instar du poète qui a toujours raison
On sait tous que la flemme est l’avenir de l’homme